Les blogs permettent aux Iraniens de s'exprimer librement (d'IFEX Echange international de la liberté d'expression)

Dans un pays o√Ļ dire son avis peut avoir des cons√©quences dangereuses, un grand nombre d'Iraniens font preuve de beaucoup de courage gr√Ęce √† un m√©dia qui se r√©v√®le immens√©ment populaire, rapporte la Online Journalism Review (OJR). On appelle cela les blogs et des milliers de personnes y ont recours.

Pour de nombreux Iraniens, un journal en ligne o√Ļ on peut √©crire ce qu'on veut, des r√©flexions personnelles aux commentaires politiques et aux liens avec des sources d'information de partout dans le monde, autrement dit un web log, ou blog, devient un ¬ę cybersanctuaire ¬Ľ.

Les utilisateurs peuvent taire leur identité en employant des adresses de courriel anonymes et des pseudonymes. Beaucoup utilisent leur blog pour critiquer la clique religieuse au pouvoir par la
satire et des caricatures humoristiques.

Tandis que les dirigeants iraniens répriment la presse indépendante du pays, l'Internet échappe jusqu'ici à leur autorité, en grande partie parce que le gouvernement permet toujours à des serveurs privés de fonctionner. Les utilisateurs de blogs en Iran pourraient quand même recourir à des serveurs basés à l'étranger pour héberger leurs sites, si le gouvernement tentait de les faire taire.

Le recours aux blogs s'est avéré efficace pour mobiliser les gens dans l'action politique. En 2003,
le journaliste Sina Motallebi a √©t√© arr√™t√© et interrog√© sur son blog (http://www.rooznegar.com/). Il a √©t√© emprisonn√© pendant 23 jours avant d'√™tre rel√Ęch√©. Motallebi croit que la communaut√© des utilisateurs de blogs en Iran et aux √Čtats-Unis l'a aid√© √† √™tre lib√©r√© rapidement en faisant conna√ģtre son cas au public dans les m√©dias √©trangers et en organisant une p√©tition pour le faire lib√©rer. Un blog a amass√© √† lui seul 4 000 signatures sur une p√©tition.

Lire l'entrevue de Motallebi avec l'OJR : http://www.ojr.org/ojr/glaser/1073610866.php

La suite ici

Les blogs permettent aux Iraniens de s'exprimer librement