Les maîtresses (ou les amants) sèment des indices pour se faire repérer : rien de tel qu'un mascara négligemment oublié dans une boîte à gant pour briser un couple légitime.

De leur côté, les infidèles s'acharnent à effacer tous les indices
compromettants : un parfum étranger ou un cheveu d'origine suspecte collé aux vêtements, peuvent être sacrément  compromettants.

Enfin, les trompés, du moins les suspicieux ou les jaloux, traquent sans relâche les fameux indices pour enfin confondre leur conjoint volage.

Au théâtre, ça s'appelle un vaudeville, et l'amant dans le placard fait toujours recette.

Dans la vraie vie, le vaudeville prend parfois des allures de tragédie. Si l'infidélité est pour certains un antidote à la routine qui use les couples, les dégâts collatéraux sont parfois lourds...

Lire la suite Amants maîtresses: comment s'aimer dans la clandestinité?