Politesse et prétexte, ou l'art de parler de la police en général pour éviter de parler des délinquants en détail

On pouvait lire dans la presse (lien) l'affirmation absolument effarante que lorsqu'une poignée de sales types délibérément détruisent l'ensemble du cadre de vie de leurs concitoyens, cela pourrait ne pas être de leur faute. Doit-on disserter sur la nature inacceptable de tels faits ? (...) Politesse et prétexte, ou l'art de parler de la police en général pour éviter de parler des délinquants en détail