J'ai lu la lettre de  Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF qui a été envoyée aux 160 000 cheminots de l'entreprise pour tenter, selon ses propres termes, de "réduire le nombre de grévistes".
Je les ai invitées directement et publiquement à rejoindre la table des négociations, ceci dès la remise du projet gouvernemental, le mercredi 10 octobre 2007. A ce jour, seulement deux organisations ont décidé de négocier. Je ne comprends pas ce refus de discuter.
La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève

"Nous proposons de négocier un ensemble de mesures améliorant le niveau des retraites."

La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève

"Nous proposons la prise en compte pour la retraite SNCF des années d’apprentissage [...]"

La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève La grève

"Ne prenons pas le risque de créer un divorce avec les Français."